Albums de photos de famille

Musées familiaux
 


 
 
Retravailler les photos
et redécouvrir des émotions enfouies
pour que la mémoire revive
 
 
Le poste de radio
de mes cinq ans





poste de radio des années 60, mémoire des objets  
Poste de TSF des années 1950/1960

 
     Devant  le nouveau  poste  de  radio,j'ai cinq ans. 
    Dans  l'oeil vert,      je cherche   l'image de celui 
    qui parle et  qui    bouge  un petit     cercle   plus
     foncé  s'agrandit...  Nanette Vitamines,le Théâtre
  Omo...  sur  le  banc, aveCarmen  et La Hurlette
     des  voix  et   des  émissions  jaillissent   de   ma 
    mémoire.  
C'est    aussi    ma  première   rencontre
     avec  un  renard et  un enfant  que je retrouverai
    bien  plus  tard en enseignant et  en lisant  pour
    mes  élèves  "Le Petit Prince "  de   Saint-Exupéry
    je retrouverai  l'ambiance  merveilleuse de cette
    amitié et de cette tendresse tout  au fond de moi
    tout un trésor d'émotions enfouies grâce à la voix
    chaude de Gérard Philippe, le conteur,qui résonne
    encore aujourd'hui   malgré tout le temps écoulé .
   Avant ce poste de radio, mes parents  disposaient
      d'un  "poste à galène"
      fabriqué par mon père.

 
*Les albums de famille pour construire une identité familiale                                               



 
Des jouets d'autrefois

 

Un landau fabriqué par mon père pour un Noël des années cinquante...




le retrouver avec d'autres jouets

Je redécouvre alors
les vêtements de l'époque
une pélerine violette cadeau
 de  ma grand-mère  paternelle

un noeud dans les  cheveux des
des  chaussettes  de laine écrue
un  tablier  cousu  par  ma  mère et
 des chaussures de cuir pas très jolies
 très solides pour faire quatre fois par
jour les deux kilomètres qui me séparaient
de l'école ,derrière  moi, la clôture  en  ciment
de notre maison de  la cité ouvrière où l'usine
nous logeait
                                                                                                               



...pour promener un baigneur éclopé
                                                 que je tiens  sur mes genoux


je suis assise sur une borne
près du mur de clôture    d'un
 verger au centre du village où
nous   sommes  arrivés dans les
Ardennes après le Pas-de-Calais
je  promène  mon  baigneur , il a
une  jambe  en moins  car  j'étais
coléreuse  à ce  que l'on me dit et
 mes jouets souffraient mais je ne
m'en souviens pas ... vêtements de
poupées  cousus  par ma  mère tout
comme  le  tablier  orné de croquet
coloré qu'elle ajoutait toujours pour
personnaliser...
un ruban pour retenir
l'ensemble  de  mes  cheveux  bouclés par

la  pose  chaque  soir  de  fins  bigoudis
d'aluminium,
de petites chaussures légères
vernies tout en cuir 
car  nous  sommes  en 
été
  du moins après Pâques
où nous changeons
nos vêtements d'hiver en des vêtements
d'été,
la messe de Pâques étant l'occasion d'étrenner
"les nouveaux vêtements du dimanche" que notre
  mère  confectionnait  elle  même  pour chacun d'
 entre  nous ...nous n'achetions que  chaussettes, sous-vêtements,chaussures et les vêtements 
de mon père, plus compliqués à coudre...

 
                 


 



26/2/2014

Commentaire de Catmic

Merci pour la visite sur mon site.
Les souvenirs ... indispensables, mais parfois la nostalgie peut être douloureuse ...
Comme beaucoup de familles, je vois que le Papa savait tout faire, le bricolage n'était pas décoratif comme maintenant, mais souvent essentiel; et les enfants avaient beaucoup de jouets fabriqués maison.
Joli site de souvenir avec une belle mise en page ! merci pour le rappel de la Hurlette.

"et vous saurez que ... " "vous apprendrez que ..." Madame Soleil, le Tonneau, Zappy Max, et les "quatres minutes avec Pierre-Jean Vaillard", voilà bien des émissions de la TSF qui nous unissent peut-être sans le savoir !
cordialement !

7/1/2013

Commentaire de Polani

Lorsque je te lis j'ai l'impression d'entendre ma belle-mère raconter son enfance et sa jeunesse. La vie dans le Nord était particulière et Pol se souvient de tout cela. Quand il parle de son enfance et moi de la mienne j'ai l'impression que je vivais à des années lumière et nous n'avons qu'un an d'écart. Mais la vie dans le centre des grandes villes était bien différente. Mes grands-parents étaient fonctionnaires,ma mère secrétaire et mon père artisan photographe, j'ai l'impression d'y avoir perdu qqch. Alors j'aime vous entendre parler de ce monde-là que je ne connais pas, ça me fait rêver. Biz Polani




Créé avec Créer un site
Créer un site